Usure

L'usure sert à désigner l'intérêt d'un prêt au taux abusif.


Catégories :

Taux de référence - Finance de marché - Finance - Surendettement - Crédit - Taux d'intérêt

Définitions :

  • Intérêt, profit qu'on exige d'un argent ou d'une marchandise prêtée, au-dessus du taux fixé par la loi ou établi par l'usage en matière de commerce; Dépérissement, de la détérioration des habits, des meubles, des organes, etc., par suite du long usage qu'on en fait (source : fr.wiktionary)
  • Du latin usura, issu d'usus, usage. Intérêt de l'argent. Au Moyen-Âge, il s'attache un sens péjoratif à cette idée. L'usure est dénoncée comme un péché, une faute morale qui entretient la cupidité et l'égoïsme. Actuellement, un taux usuraire sert à désigner un intérêt plus élevé que le taux légal. (source : collegeahuntsic.qc)

L'usure sert à désigner l'intérêt d'un prêt au taux abusif.

Anciennement, l'usure désignait tout intérêt indépendamment du taux.

Le prêt consiste en un capital ou une marchandise vendue à crédit. Le taux d'usure est défini par l'État ou bien fixé par la coutume.

Histoire

Le prêt à intérêt est attesté en Mésopotamie. Dès -1750, le code d'Hammurabi prévoit une régulation des taux autorisés, avec un maximum de 20% ou 33% selon le produit prêté (argent ou semences) [1]. Dans l'empire romain, il était admis comme une activité annexe de l'agriculture et du commerce, mais ses excès étaient punis, comme l'indique Caton : "Majores nostri sic habuere, et ita in legibus posuere, ut cum fures quidem duplici pœna luerunt, fœnoratores in quadruplum condamnarent. ". Tacite rapporte qu'en l'an 33, une grave crise financière entraîna la création par l'État d'un fonds hypothécaire de 100 millions de sesterces [2].

Dès le Haut-Moyen-Âge, l'Église catholique romaine reprend la distinction que fait le Droit romain pour le prêt de biens mobiliers : celui des choses qui se consument par l'usage et celui des choses qui ne se consument pas, nommé commodatum. Exiger un paiement pour le commodat est contraire à la charité, et l'argent est un bien qui ne se consume pas. Dès cette époque, on voit le prêt à intérêt condamné par le Concile de Nicée sur le fondement de l'Ancien[3] et du Nouveau Testament[4], puis par les Capitulaires de Charlemagne[5]. L'Eglise tolère ou alors admet néanmoins la pratique du prêt à intérêt, qui n'est jamais condamnée par la Bible[6].

Plus tard, au XIIe siècle, l'économie redevient monétaire et la question du prêt à intérêt et de son interdiction réapparaît. L'Église continue à interdire la pratique de l'usure, toujours en s'appuyant sur les Saintes-Écritures, mais en prenant aussi appui sur la critique de la chrématistique par Aristote, c'est-à-dire la critique du prêt à intérêt comme un moyen injuste, déshonorant et contre-nature de s'attribuer le bien d'Autrui. La doctrine de l'usure, objet de nombreux et subtils débats entre les Scolastiques, évolue cependant tout au long de l'époque médiévale. Saint Thomas d'Aquin condamne le prêt à intérêt sous quelques réserves[6].

En France, les ordonnances et la jurisprudence montrent qu'une doctrine se dégage qui commence à distinguer ce que nous appelons le crédit dans les affaires, et le crédit à la consommation.

En matière de commerce et d'industrie, le prêt d'argent est permis quand il est un véritable contrat d'association ou d'exploitation en commun qui fait participer aux risques, mais il reste interdit quand il est une simple prise d'intérêt sur les profits escomptés, nommée prêt à la grosse aventure, qui est condamné par le pape au XIIIe siècle.

A partir du XVe siècle, des compagnies de commerce, des banques, puis des manufactures peuvent être fondées en France et rémunérer des fonds empruntés, mais sur la base d'une dérogation du roi (privilège donné par Lettres patentes) et avec des obligations exactement réglementées (publicité, comptabilité, co-responsabilité des associés, etc.. ). En matière immobilière, l'intérêt des sommes prêtées n'est permis que s'il y a une aliénation du fonds, c'est-à-dire soit un paiement de sa valeur sans prise de possession, soit une prise de possession sans paiement; il correspond alors au paiement de l'usufruit d'un fonds immobilier par une personne qui n'en est pas propriétaire, c'est-à-dire à en droit moderne à une location. Dans l'ensemble des autres situations, c'est-à-dire pour ce que nous appelons crédit à la consommation, le prêt à intérêt reste condamné par l'Église. Plusieurs ordonnances royales interdisent l'avance de fonds rémunérés pour l'agriculture, y compris sous des formes déguisées comme les prêts de semences ou les contrats d'achat de récoltes sur pied.

Le premier théologien à accepter le prêt à intérêt fut Jean Calvin. La pratique du prêt à intérêt se propagea par conséquent rapidement à partir des réseaux de banques dont les sièges étaient établis à l'étranger, soit dans les pays d'obédience calviniste comme Genève, les Pays-Bas et l'Angleterre, mais également dans des États comme Venise et le Portugal où des banques sont spécialisées dans le commerce maritime.

Au XVIIIe siècle, on trouve, dans la majorité des grandes villes de commerce, à côté des banques dont la liste officielle est publiée chaque année dans l'Almanach royal et dont l'activité est de remise et d'escompte de billets ou d'effets de commerce de place en place, des banques de crédit, presque toutes d'origine protestante[7].

Avec la Révolution française, l'activité bancaire et le prêt à intérêt deviennent totalement libres, et de nouvelles banques sont créées dans presque l'ensemble des villes, avec des fonds énormes provenant presque toujours de la spéculation sur les biens nationaux et la fourniture aux armées.
On peut citer pour les Français les banques Gabriel-Julien Ouvrard, Récamier, et pour les étrangers l'installation à Paris en 1811 de Jacob Rothschild, etc.
A partir de 1830, ces nouvelles banques sont les bailleurs de fonds de l'industrie minière et manufacturière.

Aujourd'hui, en partie sur la base de cette vieille distinction entre un taux d'intérêt acceptable et un taux excessif, certaines législations condamnent l'usure, et dans ce but fixent des taux maximaux, dits taux de l'usure, pour les crédits qui sont accordés, cela selon le type de prêt.

En revanche, l'islam, dont le livre saint dénonce avec fermeté la pratique du prêt à intérêt, continue à ne pas établir de distinction entre intérêt et usure (voir le paragraphe "Intérêt et religions monothéistes", dans l'article Intérêt (finance) ).

Législation (Canada)

Au Canada, la limite légale pour tout intérêt exigible a été fixé le 1er avril 1981 à un maximum de 60%.

Plus exactement, un taux d'intérêt usuraire est défini comme étant : «tout taux d'intérêt annuel effectif, appliqué au capital prêté et calculé conformément aux règles et pratiques actuarielles le plus souvent admises, qui dépasse soixante pour cent. [8]»

Législation (France)

En France, dans l'objectif de protéger les particuliers et , aussi, les entreprises, le législateur (Article L 313-3 du Code Monétaire et Financier) a défini un taux de l'usure c'est-à-dire un taux maximal effectif s'appliquant aux opérations de prêt.

Il est fixé à 133% du taux effectif moyen pratiqué au cours du trimestre précédent par les établissements de crédit pour des opérations de même nature comportant des risques analogues.

Publié trimestriellement par la Banque de France, il comprend plus d'une dizaine de catégories d'opérations et concerne la majorité des prêts aux entreprises, mais aussi presque l'ensemble des prêts aux particuliers : prêts immobiliers, découverts en compte, prêts à la consommation, etc.

Seuil usure france 2002 2009.PNG

Ces définitions nombreuses ont remplacé l'ancienne définition unique et générale «deux fois le taux du marché obligataire (TMO) du mois précédent» qui avait failli provoquer un casse-tête juridique lors des crises monétaires des années 1990.

Notes et références

  1. The origins of value : The financial innovations that created modern capital markets, chapitre 1 : The invention of interest , Marc van de Mieroop
  2. Annales VI, 16-17
  3. Deutéronome (23-19, 20), Psaumes (14-2, 5), Éséchiel
  4. Luc 6-34
  5. Mentionné par Jean-Baptiste Denisart, in Recueil de la Jurisprudence actuelle, 1775, Paris, tome IV p. 670, qui ne précise pas le nom des capitulaires.
  6. Economie politique, Bertrand Nézays, édition 1998, p73-75
  7. On peut citer la Banque Mallet, genevoise, établie à Paris en 1721, la Banque Courtois à Toulouse, la Banque Hottinger zurichoise, établie à Paris en 1784, la Banque Adam en 1784 à Boulogne-sur-Mer
    , dont l'activité en France est le financement d'activités commerciales et industrielles, mais pas le prêts à intérêt pour les particuliers qui demeure toujours interdit et sévèrement puni par les tribunaux français
  8. Extrait de l'article 374 du Code criminel Canadien.

Sources

Sur la doctrine médiévale de l'usure :

Sur les fondements éthiques de la position de l'Eglise Catholique :

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"à l'usure"

L'image ci-contre est extraite du site mercipourlechocolat.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (520 × 347 - 75 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : intérêt - prêt - usure - taux - banques - crédit - fonds - france - commerce - doctrine - activité - pratique - dire - capital - argent - paiement - presque - paris - défini - état -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Usure_(finance).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu