Réserve fédérale des États-Unis

La Réserve fédérale, nommée fréquemment Federal Reserve ou, plus court toujours, Fed, est la banque centrale des États-Unis.



Catégories :

Politique monétaire - Finance - Banque centrale - Finance de marché - Économie américaine - Washington (District de Columbia) - Administration indépendante du gouvernement des États-Unis

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • The Federal Reserve Board of Governors in Washington DC. (source : federalreserve)
  • ... Le siège de la Réserve fédérale à Washington... a indiqué le président de la Réserve fédérale, la banque centrale des États - Unis.... à l'économie des deux mesures adoptées par le gouvernement fédéral pour stimuler la... (source : america)
Réserve fédérale des États-Unis
Federal Reserve System
Réserve fédérale des États-Unis

Siège Washington, D. C.
Création 23 décembre 1913
Président Ben Bernanke
Zone monétaire États-Unis États-Unis
Devise Dollar US
Code ISO 4217 USD
Site officiel www. federalreserve. gov

La Réserve fédérale (Federal Reserve System), nommée fréquemment Federal Reserve ou, plus court toujours, Fed, est la banque centrale des États-Unis. Elle a été créée le 23 décembre 1913 par le Federal Reserve Act dit aussi Owen-Glass Act.

La Réserve fédérale :

Histoire

Évolution historique du taux au jour-le-jour (Fed Funds) du marché monétaire aux États-Unis depuis 1954

En 1791, le gouvernement américain crée la First Bank of the United States chargée de l'émission de la nouvelle monnaie américaine et de la régulation du crédit. En 1816, après la seconde guerre contre les Britanniques, elle est remplacée par la Second Bank of the United States en particulier pour stopper l'inflation galopante consécutive à la guerre. Mais, en 1830, elle est dissoute par le président Andrew Jackson qui est hostile aux banquiers, non responsables devant le peuple américain. Les États-Unis ont eu à faire face à un dispositif monétaire particulièrement complexe qui reposait sur un troc entre différentes monnaies régionales, les greenpapers, qui rendait toute régulation impossible.

En 1907, suite à une panique bancaire, le Congrès élabore un nouveau projet de banque centrale. Le Federal Reserve Bank Act est voté et est promulgué par le président des États-Unis Woodrow Wilson le 29 décembre 1913. Si l'organisation (banques régionales + bureau des gouverneurs) est la même que celle d'aujourd'hui, le gouvernement place la nouvelle institution sous son autorité en y nommant comme membres le Secrétaire au Trésor et le «Comptroller of the Currency» ("Contrôleur de la monnaie"). Son but est alors de faciliter la gestion de la monnaie et l'économie du pays, de permettre l'escompte des effets de commerce et , de manière plus générale, de surveiller le bon fonctionnement des banques américaines.

La crise de 1929 montre les limites de ce dispositif, même si à l'époque la solution envisagée par la réserve fédérale new-yorkaise, une relance monétaire, aurait permis de sortir de la crise. Cette solution fut d'ailleurs refusée par les autres membres, de peur de voir cette dernière devenir trop puissante. En 1935, le Federal Reserve Board devient le Gouvernors Board et , par le Banking Act, prend un pouvoir de contrôle sur les banques régionales. Est créé aussi le Federal Open Market Committee (FOMC), un comité de politique monétaire qui veille à la réglementation et au contrôle des taux d'intérêt. Avec le retrait du secrétaire d'État au Trésor et du Contrôleur de la monnaie, la banque devient théoriquement indépendante pour la politique monétaire. Mais, dans la pratique, elle continue à subir des pressions politiques dont elle va se défaire progressivement après la Deuxième Guerre mondiale, en premier lieu au cours de la longue présidence de McChesnet Martin (1951-1970), puis définitivement sous les présidences de Paul Volcker (1979-1987) et d'Alan Greenspan (1987-2006).

La banque centrale est aussi indépendante financièrement, ne recevant aucun budget ni du gouvernement, ni du congrès américain. Elle se finance via les intérêts des emprunts publics auxquels elle souscrit sur les marchés, les commissions perçues pour les prestations aux banques de dépôts et les intérêts sur les changes de monnaies étrangères. En 2005, elle a ainsi versé près de 600 millions USD à ses actionnaires et plus de 18 milliards USD d'excédent au Trésor américain.

En janvier 2008, la Réserve fédérale américaine (Fed) a baissé drastiquement son taux directeur à 2, 25 %. Une décision prise en urgence face aux risques accrus pour la croissance ainsi qu'à la panique des marchés boursiers, qui craignent une récession aux États-Unis. La Fed a réduit son taux de référence pour les prêts interbancaires de trois quarts de point, pour la première fois depuis la mise en place du dispositif des taux actuel au début des années 1990. Fait inhabituel, la Réserve fédérale a pris sa décision en dehors de la réunion habituelle de son comité de politique monétaire, prévue les 29 et 30 janvier. Il faut remonter à 2001, après les attaques du 11 septembre, pour retrouver une baisse d'urgence du taux directeur.

Tandis que la situation s'aggrave, le 16 décembre 2008 la Fed décide de baisser son taux directeur à 0% (marge de fluctuation entre 0 et un 0, 25%), ce qui provoque une rapide chute du dollar contre l'ensemble des autres devises et une ruée vers l'or physique[1]. Qui plus est , la Fed a désormais officiellement "carte blanche" pour intervenir sur les marchés pour maintenir un dispositif agonisant.

Le 18 mars 2009, pour contrer les effets de la récession aux États-Unis, la Fed a décidé d'acquérir pour 300 milliards USD d'obligations du Département du Trésor des États-Unis, pour 750 milliards USD de mortgage-backed securities (MBS), portant ainsi son portefeuille de MBS à 1 250 milliards USD, et d'acquérir des dettes de Fannie Mæ et Freddie Mac pour 100 milliards USD[2]. Selon un bureau d'études économiques, la Fed, en moins d'un an, aura ajouté à son bilan 3 500 milliards USD de dettes. Ces opérations ont, entre autres, pour but d'augmenter la liquidité sur les marchés de l'emprunt[3].

Direction et orientations

Le Federal Reserve Act

Le Federal Reserve Act, modifié en octobre 1978 par le Humphrey-Hawkins Full Employment Act, définit ainsi la mission de la Fed : «Maintenir en moyenne une croissance des agrégats monétaires et de la quantité de crédit compatible avec le potentiel de croissance de la production, de façon à tendre vers les objectifs suivants :

Le Bureau des gouverneurs

Sceau du bureau des gouverneurs

Le bureau est l'organe dirigeant de la Réserve fédérale, dont le siège est à Washington, D. C. . Il compte sept membres appelés par le président des États-Unis et confirmés par le Sénat américain. Leur mandat est de quatorze ans non renouvelable. Celui du président est de quatre ans renouvelable sans limite. Malgré ce processus de désignation, l'institution est en pratique presque indépendante du pouvoir politique. Le gouverneur dépose néanmoins régulièrement devant les commissions des affaires monétaires et financières du Congrès.

Président

Le président actuel du Bureau des gouverneurs (donc de la Réserve fédérale) est Ben Bernanke, qui a pris ses fonctions le 1er février 2006, appelé à ce poste par le président George W. Bush le 24 octobre 2005. Il succède à Alan Greenspan qui a été gouverneur pendant près de dix-neuf ans.

Ben Bernanke

Alan Greenspan, économiste né en 1926, était depuis le 11 août 1987 «gouverneur» (plus précisément : président du Conseil des gouverneurs), poste auquel il a été appelé originellement par Ronald Reagan et confirmé par l'ensemble des successeurs de ce dernier. Son mandat a pris fin le 31 janvier 2006.

Sous sa direction, la Réserve fédérale, après un début plutôt rigoriste, aura finalement eu une politique globalement particulièrement accommodante, n'hésitant pas à ajouter à chaque choc important des liquidités dans le dispositif bancaire ainsi qu'à maintenir longtemps des taux extrêmement bas pour favoriser la reprise économique, au risque d'alimenter des «bulles» spéculatives (actions technologiques en 2000, immobilier et obligations en 2004-2005) et le déséquilibre des comptes extérieurs des États-Unis. La hantise d'une répétition des erreurs de 1929, où la Réserve fédérale avait eu une politique restrictive catastrophique, a manifestement été un thème majeur de son mandat.

Alan Greenspan avait lui-même succédé à Paul Volcker qui avait, en 1979-1981, et au prix d'une sévère récession, mis fin à l'inflation des années 1970 en faisant monter les taux au jour-le-jour du marché monétaire, les Fed Funds, à plus de 20 %.

Liste des présidents de la Réserve fédérale depuis 1914

Alan Greenspan
  1. 10 août 1914 - 9 août 1916 : Charles S. Hamlin
  2. 10 août 1916 - 9 août 1922 : William P. G. Harding
  3. 1er mai 1923 - 15 septembre 1927 : Daniel R. Crissinger
  4. 4 octobre 1927 - 31 août 1930 : Roy A. Young
  5. 16 septembre 1930 - 10 mai 1933 : Eugene Meyer
  6. 19 mai 1933 - 15 août 1934 : Eugene R. Black
  7. 15 novembre 1934 - 31 janvier 1948 : Marriner S. Eccles [N 1]
  8. 15 avril 1948 - 31 mars 1951 : Thomas B. McCabe
  9. 2 avril 1951 - 31 janvier 1970 : William McChesney Martin Jr.
  10. 1er février 1970 - 31 janvier 1978 : Arthur F. Burns
  11. 8 mars 1978 - 6 août 1979 : G. William Miller
  12. 6 août 1979 - 11 août 1987 : Paul Volcker
  13. 11 août 1987 - 31 janvier 2006 : Alan Greenspan[N 2]
  14. 31 janvier 2006 - actuellement : Ben Bernanke

Institutions et fonctionnement

Taux directeurs de la BCE (rouge) et de la FED (bleu)

Structure générale

La Réserve fédérale est détenue par douze Regional Federal Reserve Banks, et est par conséquent à ce titre, une institution fédérale. Ce statut est censé lui assurer l'indépendance de ses choix vis-a-vis du gouvernement. La Réserve fédérale ne reçoit pas de subsides du congrès pour son fonctionnement.

En revanche, les parts détenues par les banques régionales dans la Réserve fédérale ne sont ni échangeables ni vendables, et ne peuvent être mises en gage pour dégager des fonds. Qui plus est , ces parts rapportent un coupon fixe de 6 % annuel. Et finalement, l'excédent de capital généré par les activités de la Réserve fédérale peut être cédé au budget fédéral, mais en aucun cas aux banques régionales actionnaires. Ceci exclut par conséquent le risque d'une instrumentalisation pure et simple des capacités de la Réserve fédérale par ses actionnaires. En 2006 par exemple, la Réserve fédérale a contribué positivement au budget fédéral à hauteur de 29 milliards de dollars[4].

Les banques régionales

Les douze districts de la réserve fédérale

Chacune des douze Regional Federal Reserve Bank possède sa propre zone de chalandise («District Reserve Banks») comprenant plusieurs États ou portion d'État, quelquefois représentée au niveau local par l'une des 25 succursales du réseau. Chaque banque commerciale se trouvant dans la zone géographique de l'une des «Regional Federal Reserve Banks» est obligatoirement actionnaire de celle-ci. Les sièges de chaque banque régionale sont respectivement localisées, par ordre d'importance, dans les villes de : New York, San Francisco (qui couvre les sept États de l'Ouest + Hawaï et l'Alaska), Chicago, Richmond, Atlanta, Boston (pour la Nouvelle Angleterre), Dallas, Cleveland, Philadelphie, Kansas City, Saint-Louis et Minneapolis.

La Federal Reserve Bank of New York est par conséquent principale des douze banques du réseau, car c'est à elle qu'échoit la supervision de l'une des plus importantes places bancaires mondiales (que certains situent en deuxième place). Elle concentre plus de 40 % des actifs des banques régionales, et forme aussi la plus grande réserve d'or du monde avec 9 000 tonnes en dépôt en 2006 dont uniquement 2 % appartiennent aux États-Unis, mais dont les principaux propriétaires sont une cinquantaine d'états étrangers, des organismes internationaux et quelques spécifiques.
Elle joue aussi un rôle majeur puisque que c'est elle qui exécute les opérations de marché décidées par le comité de politique monétaire pour faire fluctuer les fonds fédéraux. Elle peut aussi intervenir sur le marché des changes à la demande du Trésor américain. Son président est membre permanent du Comité de politique monétaire.

Le réseau régional de la Réserve fédérale
Banques régionales Lettre Nombre Succursales Site Web Président
A 1 Néant http ://www. bos. frb. org/
B 2 http ://www. newyorkfed. org/
C 3 Néant http ://www. philadelphiafed. org/
D 4
  • Cincinnati
  • Ohio / Pittsburgh
  • Pennsylvanie
http ://www. clevelandfed. org/
E 5
  • Baltimore
  • Maryland / Charlotte
  • Caroline du Nord
http ://www. richmondfed. org/
F 6
  • Birmingham
  • Alabama / Jacksonville
  • Floride / Miami
  • Floride / Nashville
  • Tennessee / Nouvelle-Orléans
  • Louisiane
http ://www. frbatlanta. org/
Chicago G 7
  • Détroit
  • Michigan
http ://www. chicagofed. org/
H 8
  • Little Rock
  • Arkansas / Louisville
  • Kentucky / Memphis
  • Tennessee
http ://www. stlouisfed. org/
I 9
  • Helena
  • Montana
http ://www. minneapolisfed. org/
J 10
  • Denver
  • Colorado / Oklahoma City
  • Oklahoma / Omaha
  • Nebraska
http ://www. kansascityfed. org/
K 11
  • El Paso
  • Texas / Houston
  • Texas / San Antonio
  • Texas
http ://www. dallasfed. org/
L 12
  • Los Angeles
  • Californie / Portland
  • Oregon / Salt Lake City
  • Utah / Seattle
  • Washington
http ://www. frbsf. org/

Le FOMC ou Comité de politique monétaire

La Réserve fédérale décide de manière définitive de la politique monétaire américaine, l'organe décisionnaire étant le Federal Open Market Committee ou FOMC, ce qu'on peut traduire par «Comité fédéral pour les interventions publiques sur les marchés de taux d'intérêt» équivalent d'un «Comité de politique monétaire». Il siège au moins huit fois par an. Il se compose des membres du bureau des gouverneurs, du président de la Federal Reserve Bank of New York et , par rotation, de quatre autres représentants des Regional Federal Reserve Bank. Un compte-rendu de la réunion est rendu public au bout de trois semaines.

Le FOMC se fixe des objectifs sur le taux au jour-le-jour du marché monétaire américain, les Fed Funds. Pour y arriver, les instruments dont il dispose sont :

En revanche, la valeur externe du dollar américain (USD) est , elle , du strict ressort du gouvernement fédéral, et la Réserve fédérale se garde bien de la commenter sauf, peut-être, et avec de sérieuses précautions oratoires, quant aux effets inflationnistes ou déflationnistes de son évolution.

La politique monétaire de la FED

La FED n'utilise pas d'objectifs intermédiaires clairement déterminés pour guider sa politique monétaire ; elle a abandonné la politique de suivi strict des agrégats monétaires (M3 surtout). Elle pratique une politique de fine tuning (réglage fin), ajustant ses taux plus souvent que ses homologues, ce qui la rend plus réactive.

Bâtiments

La banque centrale américaine se situe à Washington D. C. , sur l'avenue de la Constitution (Constitution Avenue). Elle a été construite en 1935, selon les plans de Paul Philippe Cret. Un autre bâtiment édifié en 1974, (le Martin Building) se trouve sur C Street et abrite d'autres services de la Réserve fédérale.

La Federal Reserve Police

Depuis 2001, elle emploie plus de 1000 policiers armés (Sig-Sauer P229, . 40 S&W/12 coups) répartis dans 25 stations.

Anecdotes

En 1942, la Federal Reserve Bank de New York fut le lieu des réunions secrètes entre les états-majors britannique, soviétique et américain, pour mener la guerre contre l'Allemagne nazie et l'Italie. En mai 1943, le Premier ministre britannique Winston Churchill et le Président américain Roosevelt s'y sont retrouvés.

Oppositions à la Fed

Politiques

Charles August Lindbergh, un représentant du Minnesota à la Chambre des représentants des États-Unis, s'opposa au dispositif de la Réserve Fédérale dès sa création en 1913 dans un essai qu'il publia la même année[5]. Le 10 juin 1932, Louis Thomas McFadden, un représentant de Pennsylvanie, fit un discours de 25 minutes devant la Chambre des représentants des États-Unis, durant lequel il accusa la Réserve fédérale d'avoir délibérément génèré la Grande dépression[6]. Le 15 juin 2007, Ron Paul, un représentant du Texas à la Chambre des représentants des États-Unis, a déposé un amendement visant à supprimer la Réserve fédérale[7].

Médiatiques

G. Edward Griffin dans son ouvrage qui fut un bestseller populaire[8] [9] mais aussi dans les milieux des affaires[10] [11] The Creature from Jekyll Island : A Second Look at the Federal Reserve et qui en est à sa sixième édition, va dénoncer «les banques privées qui possèdent effectivement la Réserve Fédérale»[12].

Plusieurs films développent la même théorie, défendue aussi par le sénateur Ron Paul, candidat aux élections en 2008. The Fiat Empire[13] et Zeitgeist [14].

Notes et références

Notes
  1. A servi comme président intérimaire du 3 février 1948 au 15 avril 1948.
  2. A servi comme président intérimaire du 3 mars 1996 au 20 juin 1996.
  3. A (succursale devant fermer le 31 octobre 2008) New York Fed Announces Closing of Buffalo Branch, Effective October 31 - Federal Reserve Bank of New York
Références
  1. Inisos. fr
  2. (en) Personnel de rédaction, «A test of will», dans The Economist, 18 mars 2009 texte intégral (page consultée le 19 mars 2009)  ] 
  3. Éric Desrosiers, «La Fed ajoute 1000 milliards sur la table», dans Le Devoir, 19 mars 2009 texte intégral (page consultée le 19 mars 2009)  ] 
  4. Federal Reserve Board, Annual Financial Statements (2006)
  5. Charles August Lindbergh, Banking, Currency, and the Money Trust, 1913
  6. Louis Thomas McFadden sur le site du Modern History Project
  7. Federal Reserve Board Abolition Act. Modèle :USBill, 2009-02-03, originally Modèle :USBill, 1999-03-17. Abolishes the Federal Reserve Board and its banks and repeals the Federal Reserve Act
  8. Gavin, Robert : The man who shaped the Federal Reserve, The Boston Globe (2004-11-28). Consulté le 2008-03-02.
  9. USA Daily Staff : Paul Out to Slay The Creature from Jekyll Island, USA Daily (2007-08-22). Consulté le 2008-03-02.
  10. Bestselling business books, Calgary Herald (2006-07-04), p. F5.
  11. Best-selling business books, April 14, Rocky Mountain News (2007-04-14). Consulté le 2008-02-29.
  12. (en) G. Edward Griffin, The Creature from Jekyll Island : A Second Look at the Federal Reserve, American Opinion Publishing, Appleton, WI, 1994 (ISBN 0912986166) (OCLC 31354943)  
  13. http ://video. google. com/videoplay?docid=5232639329002339531
  14. http ://www. youtube. com/watch?v=_dmPchuXIXQ&hl=fr

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : réserve - fédérale - federal - reserve - états - monétaire - fed - taux - politique - banque - unis - président - bank - américain - marché - usd - act - régionales - gouverneurs - new - 2006 - milliards - monnaie - bureau - comité - paul - 2008 - 2009 - york - représentants -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_f%C3%A9d%C3%A9rale_des_%C3%89tats-Unis.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu