Rentabilité

La rentabilité est le rapport entre un revenu obtenu ou prévu et les ressources employées pour l'obtenir. La notion s'applique surtout aux entreprises ainsi qu'à tout autre investissement.


Catégories :

Indicateur financier - Finance - Microéconomie

Définitions :

  • rentable - Qui donne un bénéfice ou un gain satisfaisant, suffisant (source : fr.wiktionary)
  • La rentabilité est un rapport entre une forme de résultat et une activité ou entre une forme de résultat et un moyen mis en œuvre pour le générer. La rentabilité peut être négative ou positive. (source : creation-transmission)

La rentabilité est le rapport entre un revenu obtenu ou prévu et les ressources employées pour l'obtenir. La notion s'applique surtout aux entreprises ainsi qu'à tout autre investissement.

La rentabilité rétrospective est le rapport entre un résultat comptable et les moyens en passifs mis en œuvre pour l'obtenir. La rentabilité prévisionnelle est le rapport entre un gain de trésorerie et la valeur d'un investissement.

Le terme est quelquefois utilisé à tort à la place d'efficacité (ou d'efficience) pour donner une connotation financière aux propos. Ce taux permet de l'ensemble des calculs d'actualisation et est par conséquent un outil spécifique du service financier.

Enjeux de la rentabilité

La rentabilité représente l'évaluation de la performance de ressources investies par des apporteurs de capitaux. C'est par conséquent l'outil d'évaluation privilégié par l'analyse financière.

La rentabilité rétrospective permet d'évaluer le MEDAF pouvant permettre de calculer un taux d'actualisation par le coût moyen pondéré du capital. La rentabilité rétrospective est un outil difficilement utilisable directement (à partir du résultat d'exploitation ou du résultat net) pour évaluer les entreprises car elle est biaisée par les décalages temporels de l'entreprise (dus aux délais de paiement par exemple).

La rentabilité prévisionnelle permet d'utiliser les flux de trésorerie pour assurer une évaluation prenant en compte les décalages temporels de l'entreprise.

La rentabilité rétrospective

On peut distinguer deux types de rentabilité rétrospective : la rentabilité économique qui mesure le rapport entre le revenu courant et le "capital stable" (dettes financières sous normes internationales et capitaux propres) mis en œuvre et la rentabilité financière qui mesure le rapport entre le revenu courant après paiement des intérêts et des impôts et les capitaux propres. Cette dernière rentabilité est principale pour les apporteurs de capitaux dans la mesure où elle mesure la performance des ressources qu'ils ont investies dans l'entreprise.

La rentabilité économique

La rentabilité économique est une mesure de la performance économique de l'entreprise dans l'utilisation de la totalité de son capital «employé», c'est-à-dire de la totalité de son actif financé par les "capitaux stables".

Le revenu généré est mesuré par l'indicateur financier que forme le résultat d'exploitation (RE), auquel on soustrait les impôts sur les bénéfices (Imp). La totalité des capitaux «employés» est égal à la somme des fonds propres (KP), apportés par les apporteurs de capitaux, plus les capitaux acquis grâce à l'endettement (DF, pour dette financière). La somme des capitaux nets d'exploitation est par conséquent égale à CPNE = KP + DF.

La rentabilité économique est égale à :

R_{eco} = \frac{RE-Imp}{CPNE}\,

Ce ratio correspond à ce que la comptabilité anglo-saxonne nomme «Return on assets» ou encore «ROA». La rentabilité économique est par conséquent indépendante du type de financement des capitaux et exprime la capacité des capitaux investis à créer un certain niveau de bénéfice avant paiement des éventuels intérêts sur la dette. Elle est par conséquent une mesure de la performance économique de l'entreprise dans l'utilisation de son actif : elle détermine quel revenu l'entreprise parvient à générer en fonction ce qu'elle a. C'est par conséquent un ratio utile pour comparer les entreprises d'un même secteur économique.

Il n'y pas de consensus concernant son mode de calcul, ainsi certains calculent la rentabilité économique en prenant en compte le résultat d'exploitation (RE) divisé par la somme des emplois stables (ES) plus le BFR :

R_{eco} = \frac{RE}{ES+BFR}\,

où bien toujours l'excèdent brut d'exploitation (EBE) divisé par capitaux investis (CI) c'est à dire immobilisations corporelles et incorporelles, plus le besoin en fond de roulement d'exploitation (BFRE)

R_{eco} = \frac{EBE}{CI+BFRE}\,

Par opposition à la rentabilité financière, qui intéresse plus les associés, la rentabilité économique intéresse plus les investisseurs financiers tels que les banques.

La rentabilité financière

La rentabilité économique n'est cependant pas significative pour les apporteurs de capitaux : ce qui est pertinent pour eux est la rentabilité non pas de la totalité des capitaux (CPNE = KP + DF), mais des seuls capitaux propres (KP).

Le bénéfice analysé est résultat net courant (RN), c'est-à-dire au résultat d'exploitation (RE) auquel on a soustrait l'impôt sur les bénéfices (Imp) et les intérêts versés aux dettes financières (iDF, avec i le taux d'intérêt moyen sur les dettes financières de l'entreprise). On divise ce résultat net courant par le montant des capitaux propres de l'entreprise.

La rentabilité financière sera par conséquent égale à :

R_{fi} = \frac{RN}{KP}\ = \frac{RE-Imp-iDF}{KP}\,

Ce ratio correspond à ce que la comptabilité anglo-saxonne nomme le «Return on Equity» ou encore «RŒ». Il exprime la capacité des capitaux investis par les actionnaires et associés à dégager un certain niveau de profit.

Différence entre les deux rentabilités et levier d'endettement

La différence entre les deux rentabilités va dépendre de la différence entre le taux d'intérêt et la rentabilité économique, à proportion du poids de l'endettement. Pour un niveau de taux d'intérêt donné, la rentabilité financière sera d'autant plus éloignée (plus élevée ou plus faible) de la rentabilité économique que l'endettement sera fort : cet effet se nomme le levier d'endettement.

Plus exactement, on a :

R_{fi} = \frac{RE-Imp-iDF}{KP}\ = \frac{R_{eco}*(KP+DF)-iDF}{KP}\,

R_{fi} = R_{eco} + (R_{eco}-i)* \frac{DF}{KP}\,

Lorsque la rentabilité économique est supérieure au taux d'intérêt (Reco > i), la rentabilité financière est par conséquent une fonction croissante du ratio d'endettement (DF / KP). Plus la dette s'accroit, plus la rentabilité financière est forte. C'est l'effet de levier de l'endettement : pour un niveau donné de fonds propres, il est envisageable de perfectionner la rentabilité financière de ces fonds en s'endettant davantage.

Au contraire, quand la rentabilité économique est inférieure au taux d'intérêt (Reco < i), la rentabilité financière sera d'autant plus faible que le ratio d'endettement sera fort.

La rentabilité prévisionnelle

La rentabilité prévisionnelle pour un investisseur dans une entreprise sous forme de souscription ou achat d'actions n'est pas directement la rentabilité rétrospective financière constatée pour l'entreprise elle-même. La rentabilité prévisionnelle de l'investissement est ici la somme actualisée des flux de trésorerie.

Notions à ne pas confondre avec rentabilité

Le rendement est une notion utilisé plutôt par les épargnants et investisseurs concernant les revenus directs de leurs placements (dividendes, intérêts... ), surtout à taux fixe. S'y ajoutent les variations de valeur du capital pour obtenir la rentabilité (quelquefois nommée "performance") totale du placement.

La productivité (ou rendement physique) est le rapport d'un élément quantitatif à un élément financier ou le rapport de deux éléments quantitatifs. A titre d'exemple, on rapportera le chiffre d'affaires d'une entreprise aux effectifs de cette entreprise pour exprimer la productivité apparente d'un salarié. Ou alors, on rapportera le nombre de véhicules produits par heure travaillée pour exprimer la productivité du travail.

La rentabilité change aussi de la profitabilité, ou le taux de marge. Ce dernier est le rapport entre le chiffre d'affaires et le résultat net, et exprime la capacité du chiffre d'affaires à créer un certain niveau de bénéfice.

Les apporteurs de capitaux sont constitués des actionnaires, associés et au sens large de tous individus ou organisations apportant des ressources à l'entreprise.

Les capitaux propres nets d'exploitation n'incluent pas les dettes d'exploitation et donc ne représentent pas tout l'actif de l'entreprise. Néanmoins, c'est eux qui supportent par le financement de la totalité des outils économiques utilisés par l'entreprise (c'est-à-dire hors créance court terme... ).

Voir aussi

Concepts liés à la rentabilité prévisionnelle :

Concepts à ne pas confondre avec la rentabilité :

Recherche sur Google Images :



"rentabilite biogaz"

L'image ci-contre est extraite du site biogaz-energie-renouvelable.info

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (400 × 300 - 34 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : rentabilité - entreprises - capitaux - financière - économique - résultat - taux - exploitation - intérêts - rapport - conséquent - endettement - revenu - dettes - propres - rétrospective - prévisionnelle - net - mesure - performance - apporteurs - totalité - bénéfices - ratio - niveau - sera - actions - ressources - outil - financier -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Rentabilit%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu