Microcrédit

L'activité de microcrédit consiste le plus souvent en l'attribution de prêts de faible montant à des entrepreneurs ou des artisans qui ne peuvent accéder aux prêts bancaires classiques.


Catégories :

Microfinance

Définitions :

  • Le microcrédit consiste à prêter de petites sommes à des personnes qui n'ont pas accès au circuit bancaire classique et qui ont un projet de création d'entreprise. Cette pratique est développée en France par l'ADIE. (source : lcl)
  • micro credit - C'est un prêt à la création ou au développement de très petites entreprises, pour des publics non éligibles au dispositif bancaire, faute de garanties réelles ou d'apport personnel suffisant.... (source : eufin)

L'activité de microcrédit consiste le plus souvent en l'attribution de prêts de faible montant à des entrepreneurs ou des artisans qui ne peuvent accéder aux prêts bancaires classiques. Le microcrédit se développe en particulier dans les pays en développement, où il sert à concrétiser des microprojets facilitant ainsi l'activité et la création de richesse mais se pratique autant dans les pays développés ou en transition.

Les Nations unies ont décrété 2005 Année internationale du microcrédit. Le microcrédit s'inscrit dans une sphère plus complète qui comprend d'autres outils financiers tels que l'épargne, la micro-assurance et d'autres produits qui forment la microfinance.

Le 13 octobre 2006, la mise en place et le développement à grande échelle de ce dispositif ont été récompensés par le prix Nobel de la paix attribué conjointement au Bangladais Muhammad Yunus ainsi qu'à la banque qu'il a créée, la Grameen Bank.

L'origine du microcrédit

On peut trouver des antécédents au microcrédit dans la pratique de prêt sur gage à taux faibles ou nuls des Monts de Piété, les tontines en pays émergents, dans les mutuelles de crédit agricole, les banques populaires, créées en Europe à la fin du XIXe siècle.

Le dispositif a été développé par le professeur d'économie Muhammad Yunus au cours des 30 dernières années.

Lors d'une séance de travaux pratiques d'un cours d'investissement, Muhammad Yunus propose à ses étudiants d'interroger les fabricants de tabourets en bambou des plus proches villages. Les 42 femmes artisanes ont besoin de 27 dollars au total pour développer leur activité. Or l'ensemble des banques refusent de financer ce trop faible montant à des clients a priori insolvables. Yunus déclare avoir eu honte de cette situation et prête la somme de sa propre poche. En permettant aux producteurs d'acheter d'avance le bambou sans subir les variations importantes de prix, ils réussissent à créer des emplois ainsi qu'à rembourser totalement Yunus.

Depuis 1999, la méthodologie de crédit adoptée par les institutions de microfinance prend de manière croissante la forme d'un produit individuel flexible, ressemblant plus aux produits bancaires classiques. La forme choisie à l'origine était basée sur la méthodologie de crédit collectif, utilisant les mécanismes d'épargne locale et de caution solidaire et la supervision des pairs pour couvrir le risque de crédit. Se sont rapidement ajoutés des financements extérieurs reposant sur un dispositif de titrisation des portefeuilles de crédit.

Les institutions

La Banque mondiale a recensé 10 000 institutions de microfinance dans 85 pays, au service de 130 millions de personnes pour un encours de 30 milliards d'euro. En novembre 2002, a eu lieu un sommet à New York sur ce sujet qui a rassemblé 2000 délégués de plus de 100 pays.

En 1976, le Pr. Yunus crée la Grameen Bank, organisme qui propose des prêts aux plus pauvres du Bangladesh. La Grameen Bank a accordé à peu près 3 milliards d'euros de crédits à plus de 2, 4 millions d'emprunteurs. Il a reçu le prix Nobel de la paix 2006.

Créé en 1979 le Centre international du Crédit mutuel est une association qui créé et organise des réseaux coopératifs de microfinance en Afrique et en Asie. Il est surtout présent au Sénégal, au Niger, au Congo, en Centrafrique, au Cameroun, au Cambodge ainsi qu'aux Philippines.

Créée et présidée par Jacques Attali économiste et intellectuel français en 1998, PlaNet Finance est l'une des principales Organisations Internationales de développement du secteur de la microfinance. Elle propose des services d'assistance technique, de notation et de financement à la totalité des acteurs de la microfinance.

En France, le principal opérateur est l'Association pour le droit à l'initiative économique. Elle délivre 10 000 à 13 000 microcrédits par an à des chômeurs ou Rmistes créateurs de leur propre emploi, ou à des travailleurs pauvres. L'association compte plus de 130 agences sur toute la France.

En Belgique, deux institutions dominent cette sphère, le Fonds de participation et la coopérative Crédal.

En Suisse, une des institutions les plus connues est la fondation Microcrédit Solidaire Suisse (anciennement ASECE), fondée en 1998, par M. Georges Ægler (1911 - 2007). Sur le plan international, la société ResponsAbility Social Investment Services a lancé un fond responsAbility Global Microfinance Fund dont le volume des investissements a atteint en 2008 584 millions de dollars. À peu près 2 millions de personnes dans 54 pays en profitent[1]. Nous pouvons citer aussi l'Aga Khan Agency for Microfinance, gérée selon le droit suisse, établie à Genève.

Le microcrédit s'est révélé une arme efficace contre la misère et la faim» Extrait du message vidéo du secrétaire général, Kofi Annan, à l'occasion du lancement de l'Année internationale du microcrédit, le 18 novembre 2004. L'organisation a déclaré 2005 Année internationale du microcrédit, dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Le 24 janvier 2005, un rapport de la Banque mondiale a dressé un bilan positif. Le nombre de bénéficiaires y est estimé à 500 millions (sur les 3 milliards de personnes pauvres). L'Asie et le Pacifique totalisent 83% des comptes ouverts dans les pays en développement, ce qui représente 17 comptes pour 100 habitants. Au Cambodge, cela concerne 400 000 personnes, et 18 000 nouveaux comptes sont ouverts chaque année au Kenya. Cependant c'est en Amérique latine et surtout en Bolivie que le dispositif connaît un essor formidable, ce pays apparaît comme un des pays les plus avancés et les plus compétitifs de la microfinance.

Le 13 octobre 2006, le prix Nobel de la paix a été conjointement attribué à Muhammad Yunus ainsi qu'à la Grameen Bank. «Une paix durable ne peut pas être obtenue sans qu'une partie importante de la population trouve les moyens de sortir de la pauvreté», a déclaré Ole Danbolt Mjœs, le président du comité Nobel. France : Maria Nowak, présidente de l'Adie et du Réseau européen de microfinance salue l'attribution du prix Nobel de la Paix à Muhammad Yunus et se réjouit ainsi de la reconnaissance portée au microcrédit.

Une finalité orientée vers le développement local

L'activité de microcrédit encourage les microprojets au niveau local. Cela permet d'induire des mutations "à la base". Celles-ci sont fréquemment plus efficaces et ont un plus grand effet d'entraînement - en créant un maillage économique dans le pays - que certaines infrastructures ou certains gros projets industriels qui bénéficient rarement aux plus pauvres. Cet effet de levier permet d'agir efficacement auprès de ceux qui prennent des initiatives en s'engageant personnellement, c'est-à-dire les entrepreneurs ou les artisans.

Mais au-delà du simple aspect financier, les programmes de microcrédit ont aussi un impact sur le développement local. En effet, ils touchent des secteurs aussi divers que l'agriculture (groupements villageois, coopératives paysannes, organisations professionnelles agricoles), l'artisanat (groupements d'artisans, associations artisanales féminines), le financement de l'économie sociale (mutuelles d'épargne et de crédit, banques villageoises), la protection sociale (mutuelles de santé, caisses de santé primaire). Ainsi, ils contribuent à le perfectionnement de l'accès aux services sociaux de base, aux soins de santé, aux services de planification familiale ainsi qu'à l'eau potable.

Des bénéficiaires fréquemment féminins

De plus, touchant des secteurs faiblement capitalisés employant fréquemment une main d'œuvre féminine, on considère généralement le microcrédit aussi comme un levier de revalorisation de la femme dans les pays en voie de développement, d'amélioration directe de leur sort (et de celui de leur famille) et comme un facteur d'évolution profonde des sociétés par le rééquilibrage qu'il induit entre les sexes[2].

Une autre caractéristique de ce mouvement est qu'il s'appuie sur des réseaux d'assurance et de solidarité respectant les traditions assez efficaces qui facilitent le remboursement régulier des prêts. La mise en place de ces programmes offre aussi l'opportunité de conduire des actions de formation, surtout en matière de développement communautaire et de gestion d'entreprise.

Des taux d'intérêts plus élevés que le secteur bancaire traditionnel

Les adversaires du microcrédit lui opposent fréquemment les taux élevés de certains prêts (environ 20%). Ils regrettent aussi que ce mécanisme détourne les actions des autres programmes comme la santé, l'éducation ou l'eau. Certains estiment que si le microcrédit était réellement efficace, ce dernier serait adopté depuis longtemps dans les pays développés pour résoudre la crise du chômage. Une étude réalisée en 2004 estime que le microcrédit facilite des activités peu rentables et devrait s'accompagner de programmes sociaux. Certains acteurs du microcrédit dénoncent des organisations non gouvernementales qui utiliseraient le microcrédit comme source de financement[3].

Réponse à cette critique : les actifs qui font appel au microcrédit n'ont pas d'autre accès au crédit. Généralement, leurs seuls recours sont les usuriers qui appliquent des taux approchant les 1% par jour ! Avec des taux compris généralement entre 10 et 30% par an, les organismes de microcrédit offrent un accès à des crédits maîtrisables aux entrepreneurs actifs des pays en voie de développement. Dans les institutions bien gérées, les taux de remboursement de ces crédits avoisinent 95%, preuve que les taux ne sont absolument pas insurmontables. Les taux élevés sont attribuables selon les cas aux coûts de la main d'œuvre importante (indispensable pour la sélection et le suivi de clients vivant dans des zones quelquefois éloignées) et au coût de refinancement des institutions, renforcés par des taux d'inflation importants. Enfin, les besoins en matériel informatique et autres biens (matériel de bureau, véhicules), fréquemment importés, gonflent les coûts de fonctionnement. Les prêts consentis sont assortis d'un accompagnement psychologique, social et technique dont les frais sont comptabilisés dans la rubrique du fonctionnement.

Une solution parmi d'autres pour permettre le développement

D'autre part, les actions de microcrédit ne détournent pas les autres programmes humanitaires qui répondent à des actions d'urgence ou de développement sous forme de dons. Les actions de microcrédit sont financées par l'épargne solidaire et ne «concurrencent» par conséquent pas directement les autres types d'actions de développement durable. Il est fréquemment souhaitable de lier le microcrédit à d'autres mécanismes d'aides au développement, les deux outils étant davantage complémentaires que substituables.

Le microcrédit perfectionne peut-être la situation des plus pauvres. Cependant, la mesure de l'impact demeure particulièrement complexe à effectuer. Aucune étude économétrique n'a toujours suscité un large consensus. Si les exemples de réussites individuelles dues à la microfinance sont légion, il est complexe de généraliser l'efficacité de la microfinance pour plusieurs raisons : comment savoir si le bénéficiaire n'aurait pas pu avoir accès au marché du crédit localement sans l'aide d'une IMF ? (biais de sélection) Si tel est le cas, le succès n'est pas dû à la microfinance. Comment savoir si l'argent est investi dans des projets à valeur ajoutée ? Comment savoir s'il n'aurait pas eu lieu de toute façon via une épargne informelle ? (fongibilité de l'aide). Enfin, certains pensent que le microcrédit est plutôt un moyen d'épargne et d'assurance et pas une source d'investissement. Les ménages se formeraient une cagnotte, un matelas de protection financière, lisseraient ainsi leurs revenus, et n'investiraient pas dans une activité génératrice de revenu. Cela n'enlève rien à l'utilité du microcrédit ainsi qu'à la microfinance, mais diminue probablement le potentiel de création d'emplois et les effets collatéraux/"side effects" tant attendus par les partisans du microcrédit.

Ressources

Liens externes

Notes et références

  1. Agence ATS 02.10.2008
  2. http ://www. planetfinance. org/microfinance-entreprise/microfinance-presentation. php
  3. Étude réalisée en 2004 pour l'ambassade de France au Bangladesh et citation d'Abul Barkat, professeur de sciences économiques à l'Université de Dacca, rapportées par Erich Inciyan dans Le Monde, «Au Bangladesh, les "banques des pauvres" allient business et assistance sociale», 15-16 octobre 2006.

Bibliographie

Recherche sur Google Images :



"le microcrédit une solution?"

L'image ci-contre est extraite du site kongossalive.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (400 × 405 - 54 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : microcrédit - microfinance - développement - pays - crédit - yunus - taux - prêts - banque - institutions - activité - épargne - muhammad - pauvres - actions - prix - nobel - paix - service - millions - programmes - 2005 - internationale - 2006 - dispositif - grameen - bank - financements - personnes - association -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Microcr%C3%A9dit.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu