Fluctuation du cours des actions

La fluctuation des cours d'une action est la variation qui résulte du jeu de l'offre et la demande sur les marchés financiers.


Catégories :

Marché d'actions - Marché financier - Finance - Économie comportementale

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La Bourse de Paris fixe des limites de variation de cours pour les actions selon leur groupe de cotation : lorsque cette limite est atteinte, ... (source : fr.mimi)
  • Le risque des actions est plus élevé que celui des obligations comme en témoigne les fluctuations du cours des actions au regard de celles des obligations.... (source : ing)
  • C'est la mesure de l'amplitude de fluctuation des cours.... Viennent ensuite les indices d'actions, les actions des grandes entreprises, les matières... (source : trader-forex)

La fluctuation des cours d'une action est la variation qui résulte du jeu de l'offre et la demande sur les marchés financiers. Quand la demande l'emporte sur l'offre, les cours montent, ce qui diminué le nombre de personnes désirant acheter et augmente le nombre de personnes désirant vendre. Si l'offre est supérieure à la demande, le phénomène inverse se produit.

Quand les acheteurs sont bien plus nombreux que les vendeurs, le cours monte fortement. Au-delà d'un certain pourcentage de hausse, il peut être bloqué par l'autorité de régulation du marché (A Paris, l'AMF : Autorité des Marchés Financiers). Le cours est alors réservé à la hausse en attendant qu'un équilibre se trouve.

Inversement, quand les vendeurs sont bien plus nombreux que les acheteurs, le cours baisse fortement. Le cours peut être réservé à la baisse en attendant qu'un équilibre se trouve.

Les cours peuvent aussi être réservés à la demande de la société émettrice, dans l'attente de diffusion d'information (augmentation de capital, OPA... )

L'offre et la demande dépendent de multiples facteurs. Si les marchés fonctionnent correctement et les investisseurs recherchent leur profit financier de manière rationnelle, le cours d'une action ne doit dépendre que des bénéfices futurs de l'entreprise[N 1]. Quand la santé financière de l'entreprise parait se perfectionner, ou quand la situation économique semble plus favorable, le cours de l'action a par conséquent tendance à monter. Dans le cas inverse, il a tendance à baisser. Différents travaux ont montré cependant que les fluctuation des cours ne peuvent être expliquées par ces seuls facteurs. Surtout, le cours des actions tend à une plus grande volatilité que celle prédite par la théorie classique[N 2].

Les 3 facteurs de variation

Influence des performances de la société

Lorsque la société réalise des performances financières supérieures aux attentes du marché, le cours a tendance a augmenter.

On mesure la corrélation entre les bénéfices et le cours par le PER (Price /Earning Ratio), c'est-à-dire le ratio cours/BNPA (Bénéfice Net Par Action) Les comparaisons de PER n'ont de sens qu'entre sociétés du même secteur.

Mais les investisseurs sont plus sensibles aux perspectives de performances, qu'au résultat présent. C'est ce qui fait que si une société annonce de bons résultats, mais que les perspectives sont défavorables pour les mois qui suivent, le cours ne montera pas et pourra même baisser.

Événements ayant le plus souvent un effet à la hausse sur le cours :


Les évènements inverses ont un effet à la baisse. Avec aussi l'augmentation de capital (par opposition au rachat d'actions par la société) et l'OPA lorsque la société en est à l'origine (elle essaie d'en acquérir une autre en payant un prix supérieur au cours actuel)

Influence de facteurs macro-économique

Un climat économique favorable (période de croissance) va avoir un effet positif sur la majorité des cours. À l'inverse, un climat de récession les poussera à la baisse.

Les perspectives du secteur de l'entreprise (distribution, pétrole, technologie) influent sur l'ensemble des titres du secteur, indépendamment du climat économique général.

Les bons résultats annoncés par une société concurrente (société du même secteur) ont fréquemment un effet à la hausse. Même si les deux sociétés sont dans une situation de forte concurrence (ex : Alstom et Siemens)

La hausse des taux d'intérêt (fixés aux États-Unis par la Fed et en Europe par la BCE) a un effet négatif sur la bourse. En effet, elle entraîne une hausse du coût du crédit et gêne par conséquent le développement des entreprises. Elle réduit aussi la rentabilité des obligations. Elle a en particulier pour but de lutter contre l'inflation.

La publication de statistiques économiques : inflation, chômage, confiance des consommateurs ou des chefs d'entreprise a aussi de l'influence. Mais aussi des indicateurs normés publiés par des instituts ou des universités reconnus par le marché. (ex. Université du Michigan aux USA)

Des agences de notation (Moody's, Standard & Poor's, Fitch Ratings... ) attribuent aussi des notes à la majorité des grandes sociétés. Ces notes sont censées représenter la solidité financière de la société. La baisse de la note d'une société entraîne fréquemment une baisse du cours car elle correspond à une prévision de dégradation des résultats. La baisse de la note gênera aussi l'entreprise dans son développement. Car les banques lui demanderont un taux d'intérêt plus élevé pour leurs futurs crédits.

La hausse du cours d'une devise défavorise les sociétés exportatrices de la zone de la devise : elles auront plus de mal pour exporter car elles seront devenues moins compétitives. (ex. impact de la hausse de l'Euro sur la société EADS). A l'inverse, elle a un effet favorable sur les sociétés importatrices, ou les sociétés dont la majeure partie du marché est hors de la zone.

Les hausses des cours du pétrole et du gaz a un effet favorable sur les sociétés pétrolières et en particulier para-pétrolières (prospection, extraction, transport, stockage). Elles ont un effet défavorable sur les sociétés de transport (compagnies aériennes, transports routiers).

Les hausses de cours des métaux ont un effet favorable sur les sociétés productrices (sociétés minières, de première transformation). Elles ont un effet défavorable sur les secteurs qui consomment ces métaux, tels que le bâtiment et les travaux publics.

Les hausses de cours de produits alimentaires ont un effet favorable sur les semenciers, les sociétés de matériels agricoles, les sociétés agro-alimentaires bien établies qui peuvent répercuter les coûts dans leurs prix de vente. Elles ont un effet défavorable sur les sociétés qui ne peuvent pas répercuter leurs coûts.

Des évènements extérieurs peuvent avoir un effet fréquemment à la baisse sur les cours : menaces de nationalisation par les dirigeants d'un pays où la société est implantée, appel au boycott...

Influence limitée des crises sur la bourse

[1] [2]

La bourse est bien plus sensible aux périodes de récession (déclarée ou à venir) qu'aux périodes de crise. Voici l'évolution de l'indice Dow Jones après les périodes de crise de l'après-guerre. Dans la majorité des cas, on observe une forte hausse 1 an et 2 ans après.

BLOCUS DE BERLIN (19/07/1948)

1 an après : -3.3%
2 ans après : +13.2%

GUERRE DE CORÉE (13/07/50)

1 an après : +28.8%
2 ans après : +39.3%

CRISE DE CUBA (23/10/62)

1 an après : +33.8%
2 ans après : +57.3%

ASSASINAT DE J. F. KENNEDY (22/11/63)

1 an après : +25.0%
2 ans après : +33.0%

CRISE DU GOLFE DU TONKIN (06/08/64)

1 an après : +7.2%
2 ans après : +3.1%

CRISE PETROLIERE DE 1973/74 (06/12/74)

1 an après : +42.2%
2 ans après : +66.5%

CRISE PETROLIERE DE 1979/80 (17/03/80)

1 an après : +27.9%
2 ans après : +5.9%

GUERRE DU GOLFE (23/08/90)

1 an après : +23.6%
2 ans après : +31.3%

ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE (11/9/2001)

1 an après : -2% (env. )
2 an après : +9% (env. )

GUERRE EN IRAK (3/2003)

1 an après : +36% (env. )
2 an après : +42% (env. )

Influence des facteurs psychologiques

On rappelle qu'utiliser des informations privilégiées à son profit ou au profit de tiers est un délit puni par la loi : délit d'initiés.

Les réactions (sous-réactions et surréactions surtout) individuelles et collectives des investisseurs au marché sont étudiées par la finance comportementale

Conséquences et points divers

Penny stock

Article principal : Penny stock.

Lorsque le cours d'une action baisse en dessous d'une seuil fréquemment fixé à 1 dollar ou 1 euro, il reçoit l'appellation de penny stock. Un titre de penny stock souffre d'une image défavorable, mais est apprécié des traders.

Étude statistique des fluctuations

Les concepts de physique statistique comme le mouvement brownien permettent d'étudier les fluctuations boursière et de modéliser les risques financiers[3].

Corrélations

On recherche des indicateurs extérieurs à la bourse qui seraient en corrélation avec les indices boursiers. Une des corrélations les plus originales est celle proposée par Paco Rabanne dans son ouvrage Trajectoires (p. 107 dans l'édition de poche de J'ai lu) [4]. Il précise que dans la mode, la longueur des jupes et des robes est en corrélation avec la situation économique. Les robes sont courtes en période de prospérité économique et rallongent dans les périodes de récession. Il prend l'exemple de la sortie de la Première Guerre mondiale avec les jupes plus courtes suivies par la période prospère dite des Années Folles. En 1927, le couturier Jeanne Lanvin rallongea les jupes aux chevilles, peu de temps avant la crise de 1929. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les jupes étaient de nouveau courtes, au début de la période faste des Trente Glorieuses. Avec l'apogée de la mini-jupe dans les années 1960. La mode du rétro et des jupes longues précéda la crise du pétrole en 1973.

Proverbes boursiers

L'art d'investir en bourse...

Ces proverbes sont bien connus du monde boursier, mais le débat est vif à propos de la validité de chacun, certains proverbes entrant en contradiction avec d'autres.

Notes et références

  1. Ou plus précisément de la valeur actuelle des cash flows associés à l'action.
  2. Pour un rapide tour d'horizon, voir Stephen F. Leroy, "Excess Volatility", 2005, publié ultérieurement dans The New Palgrave lire en ligne
  1. Avant année 2000 : Journal le Monde (journal) dimanche 23 et lundi 24 avril 2001
  2. Après année 2000 : http ://www. Boursorama. com
  3. Les caprices de marchés financiers : régularité et turbulences, Conférence de Jean-Philippe Bouchaud à l'Université de l'ensemble des savoirs, 2000
  4. Paco Rabanne, Trajectoire, Michel Laffont, coll. «J'ai lu», mars 1997, 188 p. (ISBN 2-277-23411-7)  

Voir aussi

Bibliographie


Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : cours - société - effet - hausse - période - action - crises - baisse - entreprise - marchés - titres - rumeurs - proverbes - bourse - acheter - économique - secteur - résultat - financiers - quand - favorable - guerre - jupes - offre - demande - inverse - opa - facteurs - investisseurs - influence -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Fluctuation_des_cours_de_la_bourse.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu